À l'université, on a plein d'expériences fantastiques.

Mais pour une raison ou une autre, beaucoup d'étudiants ont la perception que l'alcool fait partie d’eux mêmes.

En réalité, certains choisissent de boire, et beaucoup choisissent de ne pas boire du tout. Peu importe votre choix, ce site a pour devise : restons sociables!

Voyez-vous l'image dans sa totalité?

SAVEZ-VOUS CE QUE SIGNIFIE "UN VERRE"?

Choisissez une boisson et remplissez une tasse pour le découvrir.
Petit truc : la quantité de liquide se trouvant dans "un verre" dépend de la quantité d'alcool "pur" que contient le type de boisson : bière, vin ou spiritueux.

  • Bière
  • Vin
  • Cooler
  • Spiritueux

"Un verre" de bière à 5 % de 341 ml (12 oz)
Vol 0 oz
C'est parti!

C'est simplement s'amuser sans que les choses dérapent. Voici quelques conseils pour profiter pleinement de sa soirée :

Savez-vous ce qu'il y a dans votre verre?

Quand on perd le fil, on n'a plus de plaisir. Lorsque vous préparez un verre à l’œil ou que quelqu’un d’autre le fait pour vous, vous ne savez pas combien d'alcool il y a.

Être préparé.

Savoir à quelle heure vous rencontrez vos amis au bar, c'est important. Prévoir rentrer à la maison en toute sécurité, p. ex. en prenant un taxi, en étant accompagné, avec un conducteur désigné ou en restant dormir sur le sofa d'un ami, c'est aussi important. Prendre une bouchée avant de sortir ainsi qu'une boisson non alcoolisée entre chaque boisson alcoolisée, c'est intelligent (les boissons énergétiques ne comptent pas, car elles aggravent tout le reste).

Surveiller ses amis.

Parfois, vos amis franchissent la limite. En sachant reconnaître les signes, vous pouvez les aider. D'ailleurs, quand vous-même vous prenez un verre, assurez-vous de le faire avec un groupe d'amis. Boire seul peut indiquer un comportement à risque.

Cacher son argent.

"Combien ai-je dépensé la nuit dernière?" Voilà une question plutôt fréquente! Pour éviter de vous la poser, fixez-vous une limite et évitez de payer des tournées lorsque vous êtes en groupe. Ça devient rapidement coûteux.

Se rappeler pourquoi on est à l'université.

Ce n’est probablement pas pour vous réveiller avec une tête qui va exploser en se demandant ce qui s’est passé la nuit dernière. Il a fallu travailler dur pour y arriver, et vous êtes là pour préparer votre avenir. Garder cela à l’esprit peut aider à remettre les choses en perspective.

Prendre son temps.

Mettez un frein au calage d'alcool. Ce n'est pas une course. Il n'y a pas de trophée. Même chose pour les jeux à boire : vous finirez sous la table avant même que la soirée n'ait commencé. Selon les Directives de consommation d'alcool à faible risque du Canada, il ne faut pas consommer plus de deux verres toutes les trois heures, ce qui permet de prendre son temps pour vraiment profiter de sa soirée.

En voir plus

Fixer une limite.

Une bonne chose dont on abuse n'a plus rien de bon! Surtout quand il s'agit d'alcool. Fixez-vous donc une limite et respectez-la. Si vous ne savez pas comment vous y prendre, les Directives de consommation d'alcool à faible risque du Canada recommandent que les femmes ne boivent pas plus de trois verres et les hommes ne boivent pas plus de quatre verres en une même occasion.

En voir plus

Pas de pression.

Vous êtes assez grand pour prendre vos propres décisions et ne pas vous sentir obligé de boire. De même, vous ne devriez pas mettre la pression sur une personne pour qu'elle boive. Rappelez-vous ce que vous dit votre mère : "Si tous tes amis sautaient d’une falaise, sauterais-tu aussi?".

C'est franchir la limite; c'est là où les choses peuvent être embarrassantes, voire pires.

Reconnaissez les signes :

Difficultés à articuler, vision floue, perte de connaissance et gueule de bois.

Tout ça prouve que vous (ou vos amis) avez peut-être franchi la limite du sociable. Vous devriez pouvoir vous souvenir de votre soirée sans avoir à soigner une tête qui veut exploser, et sans qu'un de vos amis vous raconte vos blagues douteuses.

Sautes d'humeur.

L'alcool modifie le fonctionnement du cerveau, et c'est votre cerveau qui contrôle votre humeur. Ce n'est pas cool du tout lorsque votre humeur amicale devient méchante ou lorsque vous êtes heureux et que vous vous retrouvez soudainement à pleurer à gros sanglots. En fait, boire ne devrait pas changer votre personnalité.

Des risques inutiles.

Ce sentiment d’invincibilité qui donne l’impression de pouvoir faire le funambule entre des poteaux de téléphone, de se battre contre un type qui fait deux fois votre taille ou de conduire après quelques verres? C’est l’alcool en vous qui parle. Ce que l'alcool ne vous dit pas en revanche, c'est que vous flirtez avec le danger et que vous risquez de vous blesser, d'être renvoyé et d'avoir un casier judiciaire.

Ignorer les signes.

Si vous pensez qu'un de vos amis se trouve en difficulté, ne rien faire est dangereux. La première chose à faire est d'appeler les secours. Voici ce que vous pouvez faire en attendant qu'ils arrivent :

  • Essayer de garder la personne éveillée
  • Lui donner un peu d'eau si elle peut boire.
  • Si elle a perdu connaissance, la mettre sur le côté (jamais sur le dos).
  • Surveiller sa respiration.
  • La tenir au chaud.

NE JAMAIS

  • Laisser une personne dormir pour faire passer les effets de l'alcool sans surveillance.
  • Lui faire prendre une douche froide
  • La laisser continuer à boire de l'alcool.

Boire quand on ne devrait pas.

Ne pas boire du tout, c'est la seule décision possible lorsque vous :

  • Conduisez un véhicule ou faites fonctionner des machines
  • Prenez des médicaments ou d'autres drogues qui interagissent avec l'alcool
  • Vous faites une activité physique dangereuse
  • Avez des problèmes de santé mentale ou physique
  • Vous êtes responsable de la sécurité d'autrui
  • Prenez d'importantes décisions
  • Avez une dépendance à l'alcool
  • Êtes enceinte ou prévoyez de l'être
  • Buvez pour composer avec le stress ou l'anxiété
  • Buvez seulement pour vous enivrer

Problèmes scolaires.

Que vous manquiez des cours à cause d’un lendemain de veille ou que vous échouiez à un examen parce que l’étude a cédé le pas à la fête, de mauvaises notes peuvent conduire à un échec, à une probation ou à un décrochage scolaire. Si vous accordez plus d’importance à votre taux d’alcoolémie qu’à votre moyenne générale, vous n'êtes alors plus dans la limite du sociable.

Intoxication alcoolique.

Prendre soin les uns des autres : voilà une des choses les plus importantes que nous puissions faire. La confusion, la perte de coordination, les vomissements, les crises, la respiration irrégulière, la peau bleutée et la perte de connaissance sont des signes auxquels vous devez faire attention. Si vous remarquez un de ces symptômes chez un de vos amis, allez chercher de l’aide. Allez chercher un videur; appelez un conseiller résident, le service de sécurité du campus ou le 9-1-1. N'hésitez pas. C’est peut-être la seule chance que vous aurez de sauver votre ami.